Self-transition vers le zéro-déchet

La production moyenne française de déchets ménagers (poubelle verte) est de 27 kg/mois/personne. Je n'en produits que 63g, et sans efforts. Résultat, on me demande souvent comment je fais et je ne sais pas toujours quoi répondre sur le vif parce que je ne me souviens pas de ma vie d'avant. Alors je me suis bougé, j'ai analysé notre consommation et nos poubelles, pesé le pour et le contre, et voilà. J'ai selectionné 3 ations incontournables qui permettent de réduire le poids de sa poubelle de 81%. Et 10 actions fondamentales qui permettent de réduire encore de 80% (et descendre à 4% de la moyenne - environ 1kg/mois/personne). Plus tard, je publierai 12 autres actions pour descendre à moins de 1% de la moyenne (256g/mois/personne). Les questions fréquentes ont leur réponses tout à la fin.

Les 3 actions incontournables

Incontournable #1:
Composter


Réduction de 55%
Déchets restants: 45%


Effectivement, j'ai commencé par composter TOUS les déchets de nourriture ou déchets verts. C'est facile quand on a un jardin ou quand la collectivité collecte les déchets compostables, mais ce n'était pas mon cas...J'ai donc commencé un tas de compost sauvage dans un parc (sous les conseils d'une amie) et deux mois plus tard, le parc avait installé un bac à compost communal (hasard ou coïncidence?). Beaucoup de communes distribuent gratuitement à la mairie soit des bacs à compost pour le jardin/balcon, soit des lombricomposteurs. Des poules font aussi un travail admirable. Dans tous les cas, on a besoin d'une mini-poubelle dans laquelle on collecte tous les déchets compostables pendant la semaine. Je mets tout dans un sac en papier (pour légumes) avec un autre au fond pour absorber un peu. Des fois, la chaleur donne des odeurs: il faut alors mettre le tout dans un bac au congélo. Je ne composte pas les serviettes ou papiers blanchis (au chlore).

Incontournable #2:
Recyclage avancé


Réduction de 45%
Déchets restants: 25%


Même si tout le monde recycle, on ne le fait pas toujours bien. 20-25% de la poubelle est en fait recyclable. En essayant de bien recycler, j'ai découvert que seuls les plastiques qui portent les numéros 1 et 2 (dans un triangle) peuvent être recyclés. En règle générale, ces plastiques sont rigides (par opposition aux films, sachets et sacs plastique mais attention au polystyrène qui ne se recycle pas). Une exception cependant, ne pas recycler les bouteilles de lait en plastique brillant. Il faut vider mais pas laver. Epargne-toi des efforts: tout ce qui est déposé dans un sac plastique partira à la décharge. Il est vital de recycler le métal (il nous en reste peu), ou le verre, qui reste dans la nature près de 4000 ans. Mais pas les verres (pour boire), le pyrex ou la céramique. Tout ce qui est papier ou carton se recycle sauf 3 exceptions: (1) ce qui est souillé par du gras (que je peux toutefois composter), (2) ce qui est emballé dans du plastique (je dois retirer les blisters des revues), (3) le papier-peint. Bien entendu, je collecte bien à part les matériaux dangereux comme les solvants/peintures et les batteries (les piles, je n'en achète plus). Les vieux vêtements et tissus vont dans la borne à textiles.

Incontournable #3:
Recyclage des DEEE


Réduction de 23%
Déchets restants: 19%


Les DEEE, c'est le matériel électrique, électronique, électroménager et informatique. Il se recycle très bien mais on peut aussi l'échanger ou le donner (recyclerie, ressourcerie, sites de dons). Si je rachète du neuf, c'est le vendeur qui a l'obligation (depuis 10 ans) de reprendre l'ancien appareil. Le petit électroménager (sèche-cheveux, rasoirs électriques, fers à repasser, robots ménagers) peut être mis dans le bac recyclage. Pour le reste, je consulte le meilleur site pour trouver la solution près de chez moi (qui dépend du produit). Le site recense aussi les solutions pour donner ou troquer son produit.

Les 10 actions fondamentales

A ce stade, j'ai déjà réduit mes déchets de 80% , ce qui est honorable. Pourtant, il me reste encore 5.1kg/mois et il est assez facile de faire mieux. J'ai sélectionné 10 nouvelles actions simples qui ont changé durablement mon mode de vie en réduisant encore ma production de déchets de 80% pour descendre à >4% de la moyenne (1kg).

Action #1: Utiliser une boîte hermétique
type bento et des couverts de voyage


Réduction de 17%
Déchets restants: 16%


Une bonne partie de mes déchets venait des emballages de déjeuner à emporter, très souvent non-recyclables (du numéro 6), et des couverts en plastique associés. Je les remplace par un bento que j'emporte chaque jour à la pause déjeuner. Une gamelle militaire, ou tout tupperware suffisament hermétique fait aussi l'affaire. Je choisi le bento en plastique pour la légèreté mais le critère le plus important est l'hermeticité pour empêcher les sauces de couler. Il existe aussi la Tiffin (bento indien en acier). J'ai toujours sur moi les baguettes et la fourchette-cuillère de voyage, choisie encore une fois pour sa légèreté. Bien entendu, il faut demander au commerçant de servir la nourriture directement dans le bento mais quand je trouve ça compliqué, je demande le repas sur place et je le transfère moi-même.

Action #2:
Bannir les
capsules de café


Réduction de 17%
Déchets restants: 13%
Economie: 65€/mois


Les dosettes de café sont de loin la pire manière de faire du café: 3 cafés par jour à 8g la capsule donne 720g de déchets non-recyclables par mois. L'argument de la qualité du café en dosettes ne tient pas: le café normal vaut 20€/kilo, le café en capsules 120€/kilo. A ce prix, autant se payer le meilleur café du monde pour 150€/kilo (Blue Mountain de Jamaique). Il y a pourtant pleins de manières de faire du café sans déchets. Les amateurs de café choisiront peut-être la cafetière Moka, la cafetière à dépression ou une machine à Espresso, mais je m'accomode très bien du café-filtre (cafetières goutte-à-goutte, Chemex, Hario...). J'utilise alors des filtres compostables (non-blanchis) mais il est encore plus simple d'utiliser une cafétière dont le filtre est permanent (goutte-à-goutte avec filtre rigide, cafetières à piston, Eva, Aéropresse, percolateur...). Le café obtenu est délicieux. Je composte le marc ou je le jette dans l'évier (en tapissant les tuyaux, il empêche la graisse de se déposer et évite odeurs et bouchons). J'achète mon café dans des sachets en aluminium. Ceux qui veulent quand même rentabiliser leur achat de cafetière peuvent trouver ici où recycler leur capsules Nespresso et ici pour les Dolce Gusto. Les dosettes Senseo peuvent être compostées.

Action #3:
toujours emporter un sac
en tissu ou un Furoshiki


Réduction de 13%
Déchets restants: 11.5%



Ca fait longtemps que j'ai un sac de course en tissu...mais chez moi. Et je me retrouve toujours sans, à la caisse du magasin, à prendre un sac plastique. Oui, je ne peux pas prévoir quand je vais décider de faire des courses en rentrant du boulot. Pourtant, le sac ne pèse que quelques grammes et prend très peu de place: je ne m'en sépare donc plus. J'ai pris le modèle Decathlon qui fait sac-à-dos. Plus récemment, je suis passé au Furoshiki, un tissu traditionnel Japonais de forme carrée et d'1m de côté. Très pratique, il permet de transporter n'importe quoi en le maintenant bien fermé, tout un art au Japon. Il se lave facilement et c'est plus stylé qu'un sac de course. Il fait nappe, serviette, couverture de picnic et c'est la meilleure solution pour transporter plus d'une bouteille sans les casser. Il faut en acheter plusieurs pour la rotation des lavages mais ils sont inutiles lorsque leur taille est inférieure à 80cm de côté. Finalement, si un commerçant me donne un mauvais regard quand je refuse un sac plastique: je prends un air choqué et lui rappelle qu'ils sont interdits par la loi (depuis le 1er juillet 2016). En général, c'est l'inverse et je suis étrangement très apprécié des commerçants du quartier pour mon utilisation du furoshiki.

Action #4:
réutiliser Ziploc et
sacs de fruits/légumes


Réduction de 13%
Déchets restants: 10.1%



Je n'en utilise plus mais les Ziplocs (sacs de congélation) sont conçus spécialement pour être rincés et réutilisés: alors pas d'hésitation. Les sacs plastique pour fruits et légumes se rincent aussi très bien. Au supermarché, je croyais qu'il fallait forcément peser les fruits et légumes dans un sac plastique. Non! Ils seront même interdits au 1er janvier 2017. J'ai pris un peu d'avance et j'ai arrêté de les mettre en sacs: je pèse, colle l'étiquette sur un des produits, et pose directement dans le panier, que je renverse sur le tapis roulant. PERSONNE ne m'a jamais regardé de travers pour autant: les caissiers n'en ont absolument rien à faire. Les mauvais supermarchés ont pris la manie d'emballer certains fruits/légumes dans des sachets plastique pour nous forcer à ne pas choisir les meilleurs produits. Je les évite toujours: ils sont parfois moins chers mais toujours de mauvaise qualité et il y a toujours une alternative. On a rarement le choix pour les petits fruits (framboises, tomates-cerises) qui sont vendus en sachet. Je rince les sachets et les utilise ensuite pour acheter les produits en vrac (genre noisettes). Dans tous les cas, les marchés utilisent souvent des sacs papier ou acceptent de mettre tout directement dans mon sac.

Action #5:
utiliser du matériel
de nettoyage réutilisable


Réduction de 14%
Déchets restants: 8.7%



Les essuie-touts, les lingettes-produit et lingettes-poussière, et les éponges-pétrole peuvent facilement être remplacés par les outils adéquats réutilisables et recyclables suivants. Pour remplacer l'éponge, j'utilise un grattoir métal pour frotter les surfaces non-rayables (métal et céramique), une brosse-bois pour frotter les surfaces rayables (verre) et un torchon pour éponger les surfaces. Pour remplacer les essuie-touts, j'utilise un torchon et un tissu microfibres pour la poussière. Je suis allergique à la poussière et le tissu-microfibres est recommandé par l'allergologue: c'est un tissu dont les fibres très fines attirent la poussière par électricité statique. J'ai achèté 14 torchons et j'en utilise deux par jour (que je lave). Au début, je ne pouvais pas me passer des essuie-tout (un truc psychanalytique certaintement) et il m'a fallu alors en acheter du non- blanchi (pas de chlore), qui s'avère, oh miracle!, être compostable. Pour le grattoir métal, je recommande l'acier inox (ne rouille pas, ne part pas en miettes).

Action #6:
réutiliser les sacs restants
comme sacs-poubelle


Réduction de 16%
Déchets restants: 7.3%
Economie: 7€/mois


Ca n'a pas de sens de collecter des tonnes de sacs plastique pour les jeter dans un plus grand sac-poubelle. Depuis que je composte, je ne produits plus de déchet qui coule à travers le sac et je peux donc utiliser les sacs plastique que j'ai en guise de sac-poubelle. J'utilise aussi les emballages plastique des rouleaux de papier-toilette ou de sopalin, des meubles Ikea, des packs de boisson, ou de tout autre objet sur-emballé que j'ai échoué à refuser: il faut juste ouvrir les emballages sans les arracher. Ca fonctionne parce que je n'ai que peu de déchets. Les déchets à recycler ne DOIVENT pas être emballés dans des sacs (les agents du recyclage n'ouvrent pas ces sacs: ils les envoient à la décharge).

Action #7:
ne plus boire dans
des récipients-plastique


Réduction de 15%
Déchets restants: 6.2%
Economie: 10€/mois


Il s'agit des gobelets-plastique et des gobelets-carton pour le café qui doivent être recouverts d'un capuchon-plastique. J'ai deux solutions: la mason-jar et la gourde métal. La mason-jar est un pot en verre complètement hermétique, contrairement au meilleur gobelet. Je suis sûr qu'aucun plastique ne se dissoud dans mon café et je peux mélanger le contenu en secouant. Pour remplacer les nombreux aller-retours à la fontaine à eau, j'utilise une gourde métal. Je l'ai toujours sur moi, ce qui m'évite d'acheter des bouteilles d'eau plastique quand j'ai soif sur le trajet. J'ai choisi la Klean Kanteen parce qu'elle n'a pas de revêtement plastique interne, pas de caoutchouc hermétique (qui transfère le goût du café à l'eau), et qu'elle est expédiée sans plastiques. Finalement, j'ai été surpris par la réaction des commerçants quand je leur demande d'utiliser ma mason-jar ou ma gourde. Le patron est aux anges et s'empresse de me donner une réduction ou un cadeau. En fait, le café ne lui coûte presque rien et la moitié du prix du produit vient de l'emballage. Les employés s'en fichent au début, et puis ça devient le truc spécial qui fait qu'ils me reconnaissent. Ca a révolutionné ma vie locale avec les commerçants.

Action #8:
ne plus acheter de viande-polystyrène


Réduction de 18%
Déchets restants: 5.1%


La viande de supermarché est souvent conditionnée sous plastique et sur du polystyrène, l'un des pires polluants puisqu'il reste dans la nature plus de 1000 ans. Pourtant, il y a presque toujours des bouchers en rayon qui attendent que je leur demande de découper. Je leur précise bien d'emballer la viande, dans du papier et le tour est joué. De même pour le poisson.

Action #9:
Cuisiner


Réduction de 13%
Déchets restants: 4.4%


Je veux dire acheter des produits frais plutôt que des produits industriels micro-ondables sous plastique. Il y a un vrai plaisir à faire le marché mais je trouve plus pratique et moins cher d'obtenir des produits frais de saison par une amap ou par la ruche-qui-dit-oui . Finalement, il existe de nombreux guides pour cuisiner rapidement de bons petits plats. Sans compter l'argent gagné puisque la plupart des plats préparés industriels sont plus chers.

Action #10:
N'acheter que des yaourts en verre


Réduction de 13%
Déchets restants: 3.8%


Un des gros problèmes des pots de yaourt en plastique, c'est que le gras rend toute opération de recyclage du plastique impossible. Ce n'est pas le cas du verre, qui se recycle toujours très bien. Oui, les pots de verre sont un peu plus chers mais c'est là où l'on peut utiliser l'argent économisé par les autres actions. Perso, je lave les pots et les réutilisent pour faire grandir de petites plantes par exemple, mais certains en font des porte-bougies ou des mini-vases.

Les actions bonus

Amazon Killer:
La fin des enveloppes-plastique



Un entrepôt d'Amazon


J'achète pas mal d'objets/livres sur le net et Amazon est incontournable. Seulement tous les objets arrivent sur-emballés dans des tonnes de couches de papier- bulle (plastique), polystyrène ou pire, dans cette terrible enveloppe-papier-bulle qui non-seulement n'est pas recyclable mais m'empèche de recycler la partie papier de l'enveloppe. Solution: Amazon Killer, pour trouver la librairie la plus proche qui a votre livre et voilà! Je retrouve le charme d'aller fureter au milieu de tous ces livres. Pour les Parisiens, je recommende vivement Gibert Jeune ou Gibert Joseph, qui ont presque tous les livres, certains d'occasion, et qui livrent comme Amazon, mais sans le plastique!

Lessives, adoucissants,
détartrants


Toxiques
pour l'environnement


Dans la poubelle, il reste encore beaucoup de produits de beauté et de conteneurs en plastique pour le nettoyage ou la lessive. L'eco-recharge de lessive ne se recycle pas (plastique no6) et est donc pire que le bidon de lessive, qui lui se recycle. Pourtant la lessive pollue l'environnement et j'explique donc ici comment produire sa lessive soi-même à partir de cendres de bois. Elle n'est pas dangereuse pour l'environnement et c'est facile. Pour dépanner, j'achète du savon de marseille, de préférence en copeaux/paillettes (ou je le rape) mais cela peut boucher la machine à terme. J'ai aussi des noix de lavage, moins efficaces, je trouve. En dernier ressort, de la lessive écolo dans des conteneurs en carton (solide ou liquide), bien qu'une étude montre qu'elles sont 35 fois trop toxiques pour l'environnement. Finalement, le meilleur adoucissant et détartrant pour machine a toujours été le vinaigre blanc. Ca ne coûte presque rien, c'est inoffensif pour l'environnement (à produire et à jeter) et il arrive dans des bouteilles recyclables.

FAQ: Question-réponse

Q: C'est quoi un déchet?
R: tout ce qui ne se composte pas, ne se recycle pas, ne se donne pas, et termine dans une poubelle ou dans la nature.

Q: Pourquoi passer au zéro-déchet?
R: La moitié des déchets français finissent en décharge, pourrissent en dégageant des gazs à effets de serre, s'envolent vers la mer, forment des continents marins de plastique, s'accumulent dans les poissons pollués que nous mangeons. L'autre moitié est incinérée, produisant des fumées toxiques pour les riverains et un réchauffement climatique pour tous.



Q: Zéro-déchet, c'est cool mais c'est quand même plus important de manger bio, de manger moins de viande et de manger local, non?
R: Oui c'est vrai! Donc je fais tout ça aussi. J'ai une hiérarchie de priorité: lorsque j'ai le choix entre deux produits, un zéro-déchet pas local ou un local avec un emballage-déchet, je préfère prendre le local. Je ne suis pas un extrémiste du zéro-déchet (je produits 60g/mois) mais considère qu'il y a des déchets qui ont une vraie raison d'être et d'autres qui sont totalement évitables.

Q: Et le papier-toilette, tes excréments, tes médicaments? C'est pas des déchets peut-être?
R: Ce sont les déchets non-évitables dont je parlais: mes déchets corporels. Par contre, je ramène mes déchets de médicaments en pharmacie.

Q: Qui es-tu pour me dire quoi faire?
R: Je n'embête pas les autres avec le zéro-déchet: il s'agit d'un choix personnel. Je vis mieux, je pollue moins, j'ai plus d'argent et ça me suffit. Je publie cet article à la demande de mes amis.

Q: Et si je t'offre un cadeau plein d'emballages, tu vas me vomir?
R: Comme conséquence de la réponse précédente, je ne suis responsable QUE de ce que j'achète. Offre-moi un cadeau non-recyclable, et je l'apprécie sans retenue. Si tu m'offres un repas chez toi, tu es responsable de mes déchets. Je suis par contre responsable des cadeaux que j'offre et des déchets de mes invités. De même, j'aime aller de temps en temps au restaurant et je ne peux pas être responsable des déchets que les cuisiniers/gérants produisent. C'est à eux d'effectuer la démarche.

Q: Comment as-tu obtenu les données que tu présentes ici?
R: Il n'y a presqu'aucune donnée fiable (à ma connaissance) concernant la production détaillée de déchets. J'ai pris le parti de réflechir en terme de fréquence de consommation moyenne, quand les données de production moyenne de déchet n'existent pas. J'ai utilisé des données-types représentatives d'une personne française, et j'ai pesé les déchets qui en résultent, en ajustant la consommation de manière à coller à ma moyenne de déchets de 27kg par mois. Ma personne-type est une femme adulte, qui ne se maquille pas, sans enfants, sans animal de compagnie, non-fumeur, en excellente santé. Evidémment, il s'agit d'une vue de l'esprit et cette personne-type n'existe pas. Je publie ici cette consommation-type, par mois et par personne. Emballages plastique divers
-8 blisters de magazine/prospectus - 10g chacun
-4 emballages plastique de céréales - 15g chacun
-12 part de viande/poisson sous céllophane et sur polystyrène - 25g chacun
-8 ziploc - 30g chacun
-30 sacs de fruits-légumes - 5g chacun
-12 cellophanes pour conserver les restes - 5g chacun
-30 sacs de courses - 15g chacun
-8 sachets de nourriture industrielle - 10g chacun
-3 paquets de chips - 15g chacun
-32 films de sur-emballages de produits industriels - 1.25g chacun
-1 emballage de plastique rigide de petits objets (ex: ciseau) - 20g chacun
-1/12 d'emballages de rouleaux de papier hygienique ou 1/3 d'essuie-tout - 30g chacun
-8 emballages de pack de bière/soda/eau - 15g chacun
Repas à emporter
-8 repas type chinois/shushi (1 barquette, 1 conteneur soupe, 2 conteneurs riz) - 90g chacun
-8 sets de couverts plastique - 17g chacun
-30 couvercles de café à emporter - 3g chacun
-4 grand gobelets de jus - 15g chacun
-4 emballages de glace / paquet de bonbons / barres chocolat - 5g chacun
Café
-90 dosettes de café - 8g chacun
Produits d'entretien
-90 lingettes produit ou poussière - 1g chacun
-2 éponges plastique - 15g chacun
-1/3 brosse de nettoyge plastique - 55g chacun
-120 essuie-tout blanchis - 2g chacun
-8 grands sacs poubelle (ménager, vert, recyclage), 8 petits pour salle de bain - 20g chacun
-1 emballage de lessive divers - 30g chacun
Emballages alimentaires gras
-16 pots de yaourt - 10g chacun
-4 petits pots de crème / fromage blanc - 12g chacun
-8 barquette de plats préparés, incluant film de sur-emballage - 22g chacun
-1/2 barquette de beurre/margarine - 30g chacun
Hygiène-cosmétiques
-2 emballages de paquets de mouchoirs - 20g chacun
-30 coton-tiges - 1/3g chacun
-7 serviettes hygièniques - 8g chacun
-90 cotons de démaquillage - 1g chacun
-1 déo - 20g chacun
-2 tubes de savon, crème, beaume (...) - 15g chacun
-1/4 tube de dentifrice 160mL - 40g chacun
-1/2 brosse a dents, dont emballage plastique - 28g chacun
-1 flacon d'huile pour le corps - 15g chacun
-1/2 rasoir jetable, dont emballage plastique - 50g chacun
Ikea
-1/2 meuble de petite taille: son emballage polystyrène, sous-emballages et sur-emballges - 200g chacun
Amazon et sites similaires de vente en ligne
-1 boite 30x30x10 remplie de popcorn polystyrene et son suremballage (40g) / enveloppe bulle standard (22g) - moyenne 33g
Stylos
-1 stylo - 10g chacun
Produits non-comptabilisés:
Maquillage, couches, verre pyrex, faiences, poteries, litières d'animaux, papier-peints, caoutchouc, emballage de métal fin, CD/DVD, ampoules, briquets, jouets, produits dangereux (piles, médicaments).

Auteur

Adrien Chopin

Ressources


* La conclusion du Centre de Recherche de Capannori sur les 3 principales actions est similaire à la mienne.
* Site du Zero Waste France - réseau des acteurs du Zéro Déchet - une mine d'or de ressources



Copyleft Creative Commons - Attribution-ShareAlike - CC BY-SA 4.0 - 2016